Autres écrits : Leçons de Guy Patin au Collège de France (2) : sur la Manne
Note [14]

Le chapitre viii, livre iv, de l’Epitome Scientiæ naturalis [Abrégé de la Science naturelle (que Guy Patin appelait ici Physica)], intitulé De Nebula, Rore, Pruina, Melle, Manna [La Brume, la Rosée, le Givre, le Miel, la Manne] (tome premier des Opera omnia [Œuvres complètes] de Daniel Sennert, édition de Lyon, 1650, pages 69‑70 ; v. note [20], lettre 150), assimile la manne au miel aérien (ou miel de rosée) en disant que les abeilles en font leur miel commun, que la meilleure vient d’Orient, mais aussi de Calabre. Sans parler de son adultération, Sennert remarque (page 70, première colonne) :

Ideoque estsi omne mel ex se dulce est : quandoque tamen eius cum sapor tum odor variatur, pro plantæ ratione, in qua colligitur ; unde etiam interdum, si a venenatis plantis colligatur, venenatum existit.

[Même si, en soi, le miel est toujours doux, son odeur et son goût peuvent varier selon la plante sur laquelle on l’a recueilli ; ce qui fait qu’il peut s’avérer venimeux quand il vient de plantes vénéneuses].

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – Autres écrits : Leçons de Guy Patin au Collège de France (2) : sur la Manne. Note 14

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=8130&cln=14

(Consulté le 04.12.2020)

Licence Creative Commons