À Claude II Belin, mars-avril 1641
Note [15]

« pour ne pas dire pis. »

Trois Hardouin de Saint-Jacques, le père et ses deux fils, furent docteurs régents et doyens de la Faculté de médecine de Paris :

  • Philippe i, le père, natif de Thérouanne (Pas-de-Calais), docteur régent en 1581 et doyen de 1616 à 1618 ;

  • Gabriel, dit l’aîné dans les lettres de Guy Patin (ou le petit, à cause de sa taille), natif de Paris, docteur régent en 1614 et doyen de 1620 à 1622 (mort à 54 ans, le 7 décembre 1645 ; v. note [6], lettre 129) ;

  • Philippe ii, dit le jeune, natif de Paris, docteur régent en 1625 et doyen de 1636 à 1638, à qui Patin reprochait amèrement d’avoir fait inscrire frauduleusement (prétendait-il) l’antimoine parmi les médicaments approuvés du Codex. Philippe ii mourut en 1677. Il avait présidé le 28 avril 1672 l’une des dernières thèses de la Faculté de médecine de Paris contre la circulation du sang (v. note [27] de Thomas Diafoirus et sa thèse).

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Claude II Belin, mars-avril 1641. Note 15

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0054&cln=15

(Consulté le 16.10.2021)

Licence Creative Commons