À André Falconet, le 5 septembre 1651
Note [15]

Jean ii Riolan travaillait à ses Curieuses recherches sur les Écoles en médecine de Paris et de Montpellier… (v. note [13], lettre 177) contre la harangue de Siméon Courtaud (v. note [19], lettre 128).

Le 8 août 1652, Courtaud allait en écrire à Charles Spon (ms BIU Santé 2190, fo 183) :

« Je pense que vous avez vu le livre satirique de M. Riolan contre notre Compagnie. On lui répond suivant son mérite et n’était le peu de commodité de l’impression, elle aurait vu le jour depuis longtemps. Je m’étonne comme un homme de son âge a daigné employer huit années après une chose si peu utile et qui lui a apporté si peu d’honneur, mais il a fallu que la verve ait fait son cours. Jusqu’adonc {a} il avait passé pour homme rassis et honnête. Quand la réponse sera imprimée vous en aurez quelques exemplaires. »


  1. À maintenant.

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À André Falconet, le 5 septembre 1651. Note 15

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0266&cln=15

(Consulté le 18.09.2019)

Licence Creative Commons