À Charles Spon, le 15 décembre 1654
Note [15]

« qui ne manqueront pas d’âcreté des mots et des faits : ainsi faire plusieurs livres et disperser les comices est un travail sans fin [L’Ecclésiaste, v. note [13], lettre 283]. »

La réplique de Siméon Courtaud au Cani miuro… de Charles Guillemeau (v. note [14], lettre 358) circulait déjà à Paris sous le titre de Lenonis Guillemei… (v. note [2], lettre 380).

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Charles Spon, le 15 décembre 1654. Note 15

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0384&cln=15

(Consulté le 23.11.2020)

Licence Creative Commons