À André Falconet, le 9 janvier 1660, note 15.
Note [15]

« “ ils meurent secrètement ” par ce qui arrive la plupart du temps à ceux qui sont incommodés de quelque mauvaise diathèse [disposition, v. note [4], lettre latine 17], ulcère, abcès ou obstruction singulière des petites artères du poumon. »

Hippocrate évoque en deux endroits ceux qui, « tout en parlant, meurent sans qu’on s’en aperçoive [λαθραιως τελευτωσιν] » ; mais c’est au sujet des blessures avec hémorragie et petite sueur (Prorrhétique, livre i, § 128) ou frisson (Prénotions coaques, section ii, xvii, § 322).

Je suis bien incapable de dire à quelle affection se référait ici Nicolas Piètre sous l’autorité d’Hippocrate ; je me suis simplement contenté de corriger en levium (génitif pluriel correct de levis, léger, petit) le lævium (génitif pluriel fautif de lævus, gauche) qu’on trouve dans les éditions antérieures ; lævarum arteriarum (artères gauches) aurait en outre été dénué de sens dans le contexte.

Imprimer cette note
Citer cette note
x
Correspondance complète de Guy Patin et autres écrits, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À André Falconet, le 9 janvier 1660, note 15.

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0589&cln=15

(Consulté le 15/06/2024)

Licence Creative Commons