À Claude II Belin, le 14 mars 1657
Note [16]

Ahan : « peine qui fatigue le corps et qui fait quelquefois perdre l’haleine » (Furetière) ; « suer d’ahan, faire une chose très pénible » (Littré DLF) ; c’est une onomatopée (du « son que font les bûcherons et autres manœuvres lorsqu’ils font quelque effort », Gilles Ménage) qui a persisté dans le verbe ahaner.

Tressuer « n’est pas composé de très, signifiant valde [beaucoup] et suer, mais de trees, signifiant trans [à travers], et suer, et signifie outre sueur, qui est quand la sueur outre [traverse] la peau, et sault à bouillons et gouttes en dehors, car pour dénoter la sueur en superlatif, on dit il sue fort ou bien fort » (Jean Nicot) ; c’est un ancien équivalent de transpirer à grosses gouttes (dont ma note [8] supra donne un exemple personnel).

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Claude II Belin, le 14 mars 1657. Note 16

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0470&cln=16

(Consulté le 08.02.2023)

Licence Creative Commons