À André Falconet, le 11 octobre 1660
Note [16]

« montre en main (j’ai fixé sur la clepsydre) ».

La double question soumise pour la vespérie de Charles de Laval ne pouvait qu’exciter la faconde de Guy Patin, qui y présida le mercredi 24 novembre : An hydropi asciti mochlica purgatio/ saphenæ sectio ? [Ce qui convient dans l’ascite hydropique, est-ce la purge drastique/ la saignée de la veine saphène (v. note [22], lettre 544) ?]. L’autre disputant fut François Le Vignon (en remplacement de Jacques Thévart) (Comment. F.M.P., tome xiv, fo 552).

À en croire ce qu’il en écrivait ici, Patin dut se permettre des digressions passablement hors sujet, mais sa harangue n’a pas été imprimée et je n’en ai pas trouvé le manuscrit.

Toujours sous la même présidence, Laval poursuivit sur un thème encore plus chaud pour son acte de doctorat le 7 décembre : An apoplexiæ vomitus/ venæ sectio ? [Dans l’apoplexie convient-il de recourir au vomitif/ à la saignée ?] ; les deux disputants furent Antoine Morand et François Le Vignon (toujours en remplacement de Jacques Thévart) (ibid. page 553).

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À André Falconet, le 11 octobre 1660. Note 16

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0642&cln=16

(Consulté le 14.05.2021)

Licence Creative Commons