À André Falconet, le 11 octobre 1660
Note [16]

« montre en main (j’ai fixé sur la clepsydre) ».

La double question soumise pour la vespérie de Charles de Laval ne pouvait qu’exciter la faconde de Guy Patin, qui y présida le mercredi 24 novembre : An hydropi asciti mochlica purgatio/ saphenæ sectio ? [Ce qui convient dans l’ascite hydropique, est-ce la purge drastique/ la saignée de la veine saphène (v. note [22], lettre 544) ?]. L’autre disputant fut François Le Vignon (en remplacement de Jacques Thévart) (Comment. F.M.P., tome xiv, fo 552).

À en croire ce qu’il en écrivait ici, Patin dut se permettre des digressions passablement hors sujet, mais la coutume voulait que sa harangue ne fût pas imprimée et le manuscrit en a été perdu.

Toujours sous la même présidence, Laval poursuivit sur un thème encore plus chaud pour son acte de doctorat le 7 décembre : An apoplexiæ vomitus/ venæ sectio ? [Dans l’apoplexie convient-il de recourir au vomitif/ à la saignée ?] ; les deux disputants furent Antoine Morand et François Le Vignon (toujours en remplacement de Jacques Thévart) (ibid. page 553).

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À André Falconet, le 11 octobre 1660. Note 16

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0642&cln=16

(Consulté le 31.01.2023)

Licence Creative Commons