Autres écrits : Leçons de Guy Patin au Collège de France (2) : sur la Manne
Note [16]

Dans ce chapitre intitulé De Rore, et pruina ; itemque de melle et manna [De la rosée et du givre, ainsi que du miel et de la manne] (pages 1119‑1120), tome ii des « Remarques de Pierre Gassendi sur le dixième livre de Diogène Laërce » (Lyon, 1649, v. note [1], lettre 147), sur la « Météorologie » d’Épicure, Gassendi (qui avait été, comme Guy Patin, professeur au Collège de France) assimilait la manne au miel des arbres (comme l’a remarqué Thomas Corneille, v. supra note [5]). Gassendi ajoutait ensuite :

Nihil dico de Tertia illa apud Theophrastum mellis specie, constare enim satis videtur, illud nihil esse aliud, quam quod nos Arabica voce Saccharum vulgo dicemus.

[Je ne dis rien de cette troisième sorte de miel, qui est dans Théophraste, car il semble assez évident que ce n’est rien d’autre que ce que nous appelons communément du mot arabe saccharum]. {a}


  1. Pour Littré DLF, le mot latin saccharum (sakkaron en grec) vient du persan shakara et de l’arabe sukkar, ce qui explique la transformation du a en u dans notre mot sucre.

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – Autres écrits : Leçons de Guy Patin au Collège de France (2) : sur la Manne. Note 16

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=8130&cln=16

(Consulté le 03.12.2020)

Licence Creative Commons