À Charles Spon, le 28 mars 1643
Note [17]

Julien Le Paulmier (Palmarius ; Coutances 1521-Caen 1588) fit ses études de médecine à Caen puis à Paris, où il fut reçu docteur régent en 1556 après avoir suivi les leçons de Jean Fernel durant 10 ans. Étant calviniste, il se retira pendant les guerres civiles aux environs de Rouen où il rédigea les observations médicales qu’il avait recueillies jusqu’alors. Il parvint à délivrer Charles ix des insomnies continuelles qui le tourmentaient. Le Paulmier suivit ensuite son protecteur, le duc d’Anjou, aux Pays-Bas. Après l’expulsion des Français, il revint en Normandie ; l’usage du cidre l’y guérit des palpitations de cœur (v. note [5] de l’observation viii) et de l’hypocondrie dont le souvenir de la Saint-Barthélemy l’avait laissé affecté. En effet, après ce massacre, la Faculté de médecine de Paris, sur l’initiative du doyen Nicolas Jacquart, l’avait rayé de son catalogue. Le Paulmier y fut réintégré sur l’ordre formel de Charles ix (O. in Panckoucke et Triaire). Il a publié :

  • le Traité de la nature et curation des plaies de pistolet, arquebuse et autres bâtons à feu ; ensemble les remèdes des combustions et brûlures externes et superficielles (Paris, G. de Nyverd, 1569, in‑8o) ;

  • De Morbis contagiosis libri vii [Sept livres des Maladies contagieuses] (Paris, Denis Du Val, 1578, in‑4o) ;

  • De Vino et pomaceo libri ii [Deux livres du Vin et du cidre] (Paris, Guillaume Auvray, 1588, in‑8o), traduit en français par Jacques Cahaignes (v. note [5], lettre 75), Traité du vin et du cidre (Caen, Pierre Le Chandelier, 1589, in‑8o).

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Charles Spon, le 28 mars 1643. Note 17

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0079&cln=17

(Consulté le 19.09.2019)

Licence Creative Commons