À Charles Spon, le 8 octobre 1649
Note [17]

Nicolas Heinsius, le correspondant de Gilles Ménage, était appelé comme professeur de grec auprès de Christine ire. Il devint avec Isaac Vossius l’un de ses deux bibliothécaires de la reine de Suède. Tour à tour, ils allaient sillonner l’Europe, l’Italie en particulier pour Heinsius, en vue d’acheter aux frais du trésor royal éditions et manuscrits précieux.

Bien qu’il eût parfois de la peine à obtenir le remboursement de ses frais, Heinsius ne manquait pas d’égards envers sa reine : « Le premier de mes bonheurs, lui écrivait-il, c’est celui d’être né à une époque où Dieu tout-puissant a bien voulu donner à l’Humanité l’auguste personne de Votre Majesté ; le second, c’est celui d’avoir été connu de Votre Majesté ; le troisième de mes bonheurs, ce serait que la postérité […] sache que je n’ai jamais déplu à Votre Majesté. À cela se borne toute mon ambition » (cité par Quilliet, page 195).

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Charles Spon, le 8 octobre 1649. Note 17

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0201&cln=17

(Consulté le 17.05.2021)

Licence Creative Commons