À Charles Spon, le 5 octobre 1655
Note [18]

« le résultat m’a profondément déçu, je n’ai rien trouvé d’autre que des charbons pour un trésor [v. note [12], lettre 54] ». Guy Patin espérait bien sûr que le libraire lyonnais Marc-Antoine Ravaud lui renvoyait enfin ses manuscrits des Chrestomathies de Caspar Hofmann, que nul n’avait accepté jusque-là de publier.

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Charles Spon, le 5 octobre 1655. Note 18

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0418&cln=18

(Consulté le 02.12.2022)

Licence Creative Commons