À André Falconet, le 24 octobre 1662
Note [18]

Olivier Le Fèvre d’Ormesson (1610-1686) avait marché sur les traces de son père, André (v. note [6], lettre 811) : conseiller au Parlement de Paris en la deuxième Chambre des requêtes, reçu en 1636, puis maître des requêtes en 1643, intendant de Picardie puis du Soissonnais, il était l’un des six commissaires de la Chambre de justice constituée en 1661, où il fut rapporteur du procès de Nicolas Fouquet (G.D.U. xixe s. et Popoff, no 1183).

Il a laissé des Mémoires qui ont été publiés par Adolphe Chéruel sous le titre de Journal d’Olivier Le Fèvre d’Ormesson (1860-1862, 2 volumes in‑4o, vBibliographie). Écrits au jour le jour et pour ainsi dire, sous la dictée des événements, ils embrassent deux périodes : la première s’étend de 1643 à 1650 et comprend l’histoire de la première Fronde ; la seconde (1661-1672) donne un récit précieux du procès de Nicolas Fouquet. Les notes de notre édition en fournissent de nombreux extraits.

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À André Falconet, le 24 octobre 1662. Note 18

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0735&cln=18

(Consulté le 10.12.2022)

Licence Creative Commons