À Claude II Belin, le 4 novembre 1631
Note [19]

Paix fourrée : « paix qui n’est faite qu’en apparence, et qui ne durera pas longtemps » (Furetière). Ce procès, commencé en 1629, visait à interdire aux épiciers (v. note [4], lettre 14) de préparer toutes espèces de drogues. Après bien des disputes, il fut conclu par un arrêt définitif du 27 novembre 1632 : les épiciers étaient autorisés à conserver les objets qui formaient les deux premiers chefs de la contestation, c’est-à-dire les drogues simples et les drogues composées, foraines. Comme exemple de drogues simples, l’arrêt indiquait la rhubarbe, la casse, le séné, la manne, l’agaric, le turbith ; et de drogues composées, la thériaque, le mithridate, l’alkermès et l’hyacinthe. Les autres préparations restaient réservées aux apothicaires (Triaire).

La trace de cette mise au pas des pharmaciens (v. note [29], lettre 6) se trouve dans les Comment. F.M.P. (tome xii, fos 307 ro‑308 vo), dans le Règlement accordé entre les doyen et docteurs régents de la Faculté de médecine de Paris et les syndics et apothicaires épiciers du roi suivant la Cour sous la charge de Monsieur le grand prévôt de l’hôtel :

« Qu’ils ne recevront ni exécuteront aucune ordonnance de qui que ce soit se disant médecin empirique, opérateur, ou chirurgien quel qu’il puisse être, s’il n’est docteur de ladite Faculté ou approuvé d’elle. Souffriront deux fois l’année la visite, ainsi que les maîtres apothicaires de Paris, de leurs boutiques et leurs médicaments, tant simples que composés, par quatre docteurs en médecine avec le doyen de ladite Faculté, si bon lui semble ; savoir par les deux professeurs de pharmacie députés d’icelle Faculté et les deux adjoints, à laquelle visite sera préalablement appelé le syndic des apothicaires pour y assister avec lesdits médecins. Et un procès-verbal d’icelle fait avec le syndic de leur communauté sera présenté par lesdits professeurs et syndic à Monsieur le grand prévôt ou son lieutenant. »

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Claude II Belin, le 4 novembre 1631. Note 19

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0007&cln=19

(Consulté le 25.10.2020)

Licence Creative Commons