À Charles Spon, le 22 décembre 1654
Note [19]

V. notes [18], lettre 371, pour Louis Le Bon, doyen de la Faculté de médecine de Valence, et [3], lettre 106, pour Gaspard Froment, professeur de droit civil en la même Université.

Le verbe gouverner, c’est-à-dire instruire et élever, est ici surprenant pour un homme que Guy Patin disait être bien plus âgé que lui. Il a fait suivre ce mot d’un appel de note explicative [˙/.], mais qui ne renvoie à rien sur le manuscrit. Le plus probable est que Froment avait régenté Patin au Collège de Boncourt, et non l’inverse.

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Charles Spon, le 22 décembre 1654. Note 19

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0386&cln=19

(Consulté le 01.02.2023)

Licence Creative Commons