De Christiaen Utenbogard, le 21 août 1656, note 19.
Note [19]

La « Théologie naturelle réformée » de Gisbertus Voetius et de ses adeptes était celle que défendait alors la :

Pauli Voet, Iuris in Academia Ultrajectina Antecessoris, Theologia naturalis reformata. Cui subjecta Brevis De Anima Separata Disquisitio.

[Théologie naturelle réformée de Paulus Voet, professeur de droit en l’Université d’Utrecht, {a} à laquelle est jointe une brève dissertation sur l’Âme séparée]. {b}


  1. V. infra note [25], notule {b}.

  2. Utrecht, Johannes a Waesberge [Jan Jansson], 1656, in‑4o ; ouvrage dont il sera question dans la suite de la lettre.

    La Brevis Disquisitio (pages 575‑614, et dernière) traite de l’indépendance de l’âme par rapport au corps.


Samuel Desmarets, théologien calviniste français de Groningue, {a} était au cœur de cette querelle, mais ne pouvait bien sûr pas avoir déjà répondu à ce livre. Il avait alors récemment publié deux ouvrages sur le sujet la :

  • Exemptio scrupulorum, quos Missionarii Pontificii inicere conantur Conscientiis Protestantium ad eos seducendos, in libello nuper Anonymus Jesuita Monasterii edidit lingua Germanica, sub hoc fallaci mendacique titulo, Scrupuli Conscientiæ et dubia quæ omnibus Protestantibus Theologis, a quodam Protestantium religioni addicto, qui circa hodiernas multiplices Religionis controversias in conscientia sua angitur, ad indagationem veritatis placide solvenda proponitur,

    [Dispense des Scrupules que les émissaires pontificaux entreprennent d’injecter dans les consciences des protestants pour les séduire, dans un libelle anonyme que les jésuites de Münster ont récemment publié en langue germanique, sous le titre fallacieux et mensonger de : Scrupules de conscience et doutes que tous les thélogiens protestant, quelle que soit la religion protestante qu’ils professent, proposent sur les multiples controverses religieuses de notre temps, qui les tourmentent en leur conscience, pour résoudre pacifiquement la recherche de la vérité] ; {b}

  • Επικρισις theologica et amica ad quæstiones de gratia et redemptione universali : pars prior ; opposita primæ parti Apologiæ nuper in Belgio editæ adversus ecclesiarum et scholarum Belgicæ Fœderatæ constantem sententiam,

    [Épicrise {c} théologique et amicale sur la question de la grâce et de la rédemption universelle : première partie ; opposée à la première partie de l’Apologie publiée en Flandre contre la ferme sentence des églises et écoles des Provinces-Unies]. {d}


    1. V. note [14], lettre 76.

    2. Groningue, Farnciscus Bronchorstius, 1655, in‑4o de 155 pages.

    3. Terme de médecine : « jugement porté sur une maladie » (Littré DLF).

    4. ibid. et id. 1656, in‑4o.

Imprimer cette note
Citer cette note
x
Correspondance complète de Guy Patin et autres écrits, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – De Christiaen Utenbogard, le 21 août 1656, note 19.

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=9065&cln=19

(Consulté le 26/02/2024)

Licence Creative Commons