À Charles Spon, le 9 avril 1658
Note [2]

Les deux détournements fluviaux dont on discutait alors passaient par le nord de Paris.

  • Le premier, partant de la Bastille (porte Saint-Antoine) prolongeait l’actuel bassin de l’Arsenal, qui allait déjà de la Seine à la Bastille, pour creuser un canal qui suivrait les actuels grands boulevards (Beaumarchais, Saint-Martin, Saint-Denis, Bonne-Nouvelle, Poissonnière, Montmartre, Italiens, Capucines et Madeleine), puis la rue Royale. C’était le trajet des fortifications d’alors : la porte du Temple était l’actuelle place de la République (v. note [3], lettre 118) ; les portes Saint-Martin et Saint-Denis n’ont pas changé de nom ; la porte de Montmartre est devenue le carrefour Montmartre ; la porte de Richelieu est devenue la place de l’Opéra ; et la porte Saint-Honoré se situait à mi-chemin entre la Madeleine et la Concorde, qui était la porte de la Conférence ; le Cours la Reine (v. notule {f} de la note [12], lettre 288) n’a pas changé de nom.

  • L’autre projet était plus excentré, rejoignant la Marne captée au niveau de Saint-Maur, à la Seine, nettement en aval de Paris, entre Saint-Ouen et Saint-Denis.

Aucun de ces deux projets ne fut exécuté.

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Charles Spon, le 9 avril 1658. Note 2

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0523&cln=2

(Consulté le 28.11.2020)

Licence Creative Commons