À Johannes Antonides Vander Linden, le 31 août 1657, note 2.
Note [2]

Martial (Épigrammes, livre iii, vers 79‑80) :

Rem peragit nullam Sertorius, inchoat omnes :
Hunc ego, cum futuit, non puto perficere
.

[Sertorius entreprend tout, mais ne conclut rien. D’où vient que, quand il besogne une fille, je doute qu’il aille jusqu’au bout]. {a}


  1. Guy Patin a remplacé omnes par omnem [toute chose] et hunc ego par hunc quoque, etc. [d’où vient aussi que, etc.].

V. note [20], lettre de Charles Spon, datée du 28 août 1657, pour le Celse de Johannes Antonides Vander Linden paru à Leyde en automne 1657. Sans doute découragé, Jacques Mentel abandonna le sien ou, du moins, ne le fit jamais paraître.

Imprimer cette note
Citer cette note
x
Correspondance complète de Guy Patin et autres écrits, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Johannes Antonides Vander Linden, le 31 août 1657, note 2.

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=1121&cln=2

(Consulté le 12/04/2024)

Licence Creative Commons