À Johann Georg Volckamer, le 27 février 1663
Note [2]

Joh. Mich. Dilherri, Fr. Libri iii. Electorum ; in quibus rituum, tam sacrorum, quam secularium, farrago continetur, multa S. Scripturae, et variorum Autorum loca depromuntur, et linguarum usus ostenditur [Trois livres de Morceaux choisis de Johann Michael Dilherr, natif de Franconie, qui contiennent une compilation des rites, tant sacrés que séculiers, en recourant à de nombreux passages de la Sainte Écriture et d’auteurs divers, et en montrant l’emploi des langages] (Nuremberg, Wolfgang Endter, 1644, in‑8o de 677 pages ; les deux premiers livres avaient déjà été publiés à Iéna en 1633). C’est un recueil de citations savamment commentées, tirées des Saintes Écritures et de textes latins profanes, antiques et modernes.

Le frontispice, à la gloire de Dilherr, est accompagné de cette légende :

Explicatio figuræ æneæ.

Heus, Viator !
sta lubens ; et hocce limen adspice !
Nympha
dædala Coronam plectilem
nectit manu,
multiformes et striatos
arctat orbe flosculos :
Musa solers
æmulatur hic Apes thymilegas,
mella convasare doctas.
Nostin ?
est industria.
Hæc
eruditionis orbem
versat arte plurima.
Ecce !
Phœbus has coronas
eligit
præ Laurea.

Georg-Philippus
Harsdörfferus pos
.

[Explication de la gravure.

Holà, voyageur, arrête-toi sans crainte et contemple ce seuil ! De son habile main, la Nymphe tresse une couronne, elle forme un cercle de fleurs diverses et dentelées : {a} la Muse ingénieuse imite ici les abeilles cueilleuses de parfums, savantes à élaborer le miel. {b} Sais-tu qui elle est ? c’est l’industrie. Avec un art consommé, elle fait tourner l’orbe de l’érudition. Voilà pourquoi Phébus {c} préfère ces couronnes aux lauriers !

Georg Philpp Harsdörffer {d} a composé ces lignes].


  1. Dans le jardin d’un palais champêtre, représenté en arrière-plan, une jeune femme est assise à droite, au pied d’un arbre. Sa robe porte le mot industria [industrie], elle est occupée à tresser une couronne de fleurs qui porte l’inscription eruditio [érudition].

  2. Une ruche, à gauche, est posée sur un socle où est écrit le titre abrégé du livre, Io. Mich. Dilherri electorum libb. iii.

    Ma traduction de l’adjectif inusité thymilegas se fonde sur une étymologie grecque supposée du mot : thymiama (parfum) et legein (cueillir).

  3. Apollon, dieu des arts et des sciences, v. note [8], lettre 997.

  4. Poète et érudit allemand (1607-1658).

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Johann Georg Volckamer, le 27 février 1663. Note 2

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=1263&cln=2

(Consulté le 25.09.2022)

Licence Creative Commons