L. latine 230.  >
À Johann Georg Volckamer,
le 27 février 1663

Codes couleur
Citer cette lettre
Imprimer cette lettre
Imprimer cette lettre avec ses notes

 

[Ms BIU Santé 2007, fo 138 ro | LAT | IMG]

Au très distingué M. Johann Georg Volckamer, docteur en médecine, à Nuremberg. [a][1]

J’aurais dû répondre plus vite à la dernière lettre que vous m’avez écrite le 24e de novembre ; j’ai jusqu’ici remis cela à plus tard, ayant en tête le second paquet que vous m’y promettiez. Je n’ai pourtant pas voulu différer plus longtemps ma réponse, prévenu par M. Picques [2] que ce colis tarderait à arriver chez nous à cause de la difficulté et de la longueur des chemins, et des gelées hivernales. En attendant qu’il me parvienne, je voudrais donc vous avertir que le paquet de livres que j’ai envoyé voici quelques jours est à Lyon sur la Saône, pour être délivré à notre ami M. Charles Spon ; [3] il contient un livre bien relié où il y a plus de 300 portraits d’hommes illustres en notre royaume de France. Mais, me direz-vous, je ne recherchais pas tant ces hommes célèbres que les nombreux savants dont abonde votre pays ; à quoi je répondrai : de fait, il y a eu beaucoup de savants en notre France, dont les portraits se trouvent [Ms BIU Santé 2007, fo 138 vo | LAT | IMG] sous une forme ou une autre chez divers libraires, ou chez leurs descendants, de qui on ne les obtient qu’à grand’peine, et nous nous y acharnons ; j’en ai déjà quelques-uns en ma possession et vous les enverrai aussitôt que j’en aurai augmenté le nombre. J’attendrai patiemment le paquet que vous m’avez promis, en espérant qu’il m’arrivera au printemps prochain, avec la thèse de M. Conring de Scorbuto[1][4][5] et les autres choses dont vous m’avez écrit, ainsi que le catalogue des œuvres du très distingué M. Felwinger, [6] que je salue très obligeamment ; tout comme le très distingué M. Dilherr, [7] à qui j’adresse tous les remerciements dont je suis capable pour le livre des Electi qu’il vous a remis pour me l’envoyer. [2] Dernièrement est mort le plus ancien maître de notre École, Jean Merlet, [8] praticien très célèbre et fort expérimenté, qu’un catarrhe suffocant a étouffé en deux jours en la 82e année de son âge. [9] On parle ici d’une guerre à mener en Italie dans deux mois, mais on ne sait guère contre qui. Sera-ce contre le pape ? [10] Beaucoup le nient. Sera-ce pour prendre Genève ou pour récupérer le duché de Milan ? [11][12] Certains le subodorent, mais nul ne sait. Pour la somme que je vous dois en remboursement des livres que vous m’avez achetés, j’en ai remis le montant exact à M. Picques, savoir 7 thalers et 14 kreuzers, [3][13][14] qui font chez nous 21 livres tournois et neuf sols ; je vous remercie beaucoup pour cet argent que vous avez avancé et pour les peines que vous vous êtes données. Nicolas Fouquet, [15] naguère notre trésorier, est toujours détenu dans les prisons du roi avec quelques partisans ; mais hormis le roi, [16] nul mortel ne connaît le sort qui leur sera réservé. J’ai un autre livre, mais en blanc, sur l’entrée de notre roi dans la ville de Paris, aussitôt après la célébration de ses noces, en l’an 1660, et avec pompe solennelle et vraiment royale ; [4][17][18] je vous l’enverrai prochainement et vous en ferai cadeau, avec l’autre recueil de portraits relié que je vous ai déjà envoyé, et les autres portraits qui suivront ; je vous prie instamment de recevoir ces présents de bonne grâce. Portez-vous bien, très éminent Monsieur, et continuez de m’aimer comme vous faites.

De Paris, le 27e de février 1663.

Votre Guy Patin de tout cœur.


Écrire à l'éditeur
Licence Creative Commons "Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron" est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.
Une réalisation
de la BIU Santé
×
     [1] [2]   Appel de note
    [a] [b]   Sources de la lettre
    [1] [2]   Entrée d'index
    Gouverneur   Entrée de glossaire

× Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Johann Georg Volckamer, le 27 février 1663

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=1263

(Consulté le 16.10.2019)