Autres écrits : Consultations et mémorandums (ms BIU Santé  2007) : 19
Note [2]

Chez un patient souffrant d’épisodes chroniques de céphalée, l’aggravation de la douleur par la toux et par les mouvements de la tête (si tel était bien le siège de la douleur incriminée) n’oriente guère vers un diagnostic précis et n’écarte pas celui de migraines banales (v. note [11], lettre 469), qui peuvent ne pas toujours affecter qu’un seul côté de la tête (hémicrânie).

La raucité de la voix (enrouement) témoigne d’une angine (pharyngo-laryngite ou esquinancie, v. note [4], lettre 490) et mérite à mon avis plus d’attention car elle inaugurait le long cortège de symptômes relatés dans la suite de l’observation, mais sans avoir de rapport obligatoire avec les maux de tête ordinaires du malade. V. note [14], lettre 301, pour le péril d’étouffement que pouvait faire redouter une angine inflammatoire suffocante, rare mais dramatique complication d’un « mal de gorge ». Néanmoins, les troubles de la déglutition engendrés par l’inflammation du pharynx (orifice supérieur de l’œsophage) pouvaient perturber l’absorption de la nourriture et la digestion.

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – Autres écrits : Consultations et mémorandums (ms BIU Santé  2007) : 19. Note 2

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=8149&cln=2

(Consulté le 20.04.2021)

Licence Creative Commons