À Hugues de Salins, le 9 mars 1657
Note [22]

« Juste Lipse dans ses Conseils et avis politiques [v. note [27], lettre 449], chapitre 4, livre i. »

Dans ce chapitre, intitulé De Impietate [L’Impiété], Lipse fustige deux souverains réputés pour leur mépris de la religion : Alphonse x (roi de Castille et d’Aragon [1252-1284] et roi des Romains [1257-1273]) et l’empereur Fredéric ii Barberousse :

cui sæpe in ore : “ Tres fuisse insignes impostores, qui genus humanum seduxerunt, Moysem, Christum, Mahumetem. ” O impure, o impie ! te hoc dicere, quod gentilium quidam olim, “ Christum magnum fuisse, et ex Ægyptiorum adytis angelorum potentium nomina habuisse ” ?
[qui disait souvent : « Il y a eu trois insignes imposteurs qui ont dupé le monde, Moïse, le Christ et Mahomet ». Quelle impureté, quelle impiété ! Vous répéterai-je ce que jadis a dit un certain païen, « Le Christ a été grand, il a usurpé le renom des anges souverains sortis des temples égyptiens » ?].

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Hugues de Salins, le 9 mars 1657. Note 22

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0468&cln=22

(Consulté le 06.03.2021)

Licence Creative Commons