À André Falconet, le 3 janvier 1659
Note [23]

« Elle ne mourait pas à cause du destin ni d’un trépas mérité ; mais malheureuse, elle partait avant le terme » (chant iv, vers 696-697).

Didon, première reine légendaire de Carthage, se fit brûler sur un bûcher quand Énée (v. note [14], lettre d’Adolf Vorst, datée du 4 septembre 1661), son amant rappelé par les dieux, la quitta.

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À André Falconet, le 3 janvier 1659. Note 23

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0551&cln=23

(Consulté le 08.12.2022)

Licence Creative Commons