À Sebastian Scheffer, le 24 mai 1665
Note [23]

Page 70 (Paris, 1646), livre i, chapitre xxx, De Rosis [Les Roses], deux requêtes (§ 3).

  • Ligne 33, avec l’arrogance d’un pédant (qui savait mal le grec) et sans pitié pour le lecteur, Guy Patin demandait d’abréger κυνορροδον [cynorhodon, « rose de chien » églantier sauvage, v. note [8], lettre latine 109] en κυν., et κυνοσβατος [Rosa sempervirens, rosier toujours vert, « ronce de chien »] en κυνοσβ.

  • Ligne 35, corriger censum (cas accusatif) en censu (ablatif) dans la phrase :

    In earundem censum [censu] habent Officinæ quædam Bedeguar Arabum, quam ego plantam Carduis iungo.

    [Dans la liste des mêmes plantes, les officines ont un certain bédégar des Arabes, {a} plante que je range parmi les chardons].


    1. Littré DLF donne bédégar pour le nom persan du chardon Notre-Dame ou silibus marianus.

L’édition de Francfort (1667, pages 57) n’a pas abrégé les deux mots grecs, mais a bien sûr remplacé censum par censu.

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Sebastian Scheffer, le 24 mai 1665. Note 23

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=1384&cln=23

(Consulté le 28.11.2022)

Licence Creative Commons