Autres écrits : Ana de Guy Patin :
L’Esprit de Guy Patin (1709),
Faux Patiniana II-7, note 26.
Note [26]

Hérode Atticus (Marathon 101-177), rhéteur grec, fut sénateur romain et se signala par ses discours, par sa richesse, qu’il consacra au mécénat d’art, et par ses amours, tant féminines que masculines. Philostrate d’Athènes {a} a écrit sa biographie dans le livre ii de ses Vies des sophistes, ouvrage qui n’avait été traduit qu’en latin au xviie s. L’Esprit de Guy Patin a copié mot pour mot l’article du Moréri sur « Atticus, fils d’Hérode Atticus ». D’autres sources le nomment Atticus Bradua, en disant que son père le renia, mais qu’il n’en devint pas moins consul.

Iccirco autem hasce filias tanto cum excessu lugebat, quia adversus Atticum filium ira concitatus erat, eo quod fatuus amodum esset, indocilis, ineptusque ad literas, et crassa fluxaque memoria : quare cum ille ne primas quidem literas discere posset, venit in mentem Herodi, ut una cum ipso quatuor et viginti pueros coævos aleret, a literis nominatos, ut in puerorum nominibus literas ex necessitate meditaretur ; sed eundem vinolentum quoque videbat, et amore væsano correptum ; unde vivens adhuc de suis facultatibus, hunc oracularem versum edidit, En solus stultusque relinquitur ædibus amplis.

[Hérode déplorait d’autant plus vivement la mort de ses filles qu’il éprouvait de la colère envers son fils Atticus, tant il était sot, indocile, illettré, et doté d’une mémoire lente et labile. Comme ce fils ne parvenait pas à acquérir les premiers rudiments du savoir, Hérode eut l’idée de l’éduquer en compagnie de vingt-quatre esclaves de même âge que lui, dont chacun portait le nom d’une lettre, afin de le forcer à s’entrer l’alphabet dans la tête. {c} De son vivant, Hérode vit son fils se noyer dans le vin et se corrompre dans les débauches charnelles, et fit donc courir ce vers prémonitoire sur ses capacités : Il ne subsiste de cette grande maison qu’un seul homme, et c’est un fou].


  1. V. note [41], lettre 99.

  2. Édition grecque et latine établie par Fédéric Morel, Paris, 1605, v. note [6], lettre latine 45 (avec un autre extrait de la Vita de Hérode Atticus).

  3. L’alphabet grec compte 24 lettres.

Imprimer cette note
Citer cette note
x
Correspondance complète de Guy Patin et autres écrits, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – Autres écrits : Ana de Guy Patin :
L’Esprit de Guy Patin (1709),
Faux Patiniana II-7, note 26.

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=8220&cln=26

(Consulté le 18/07/2024)

Licence Creative Commons