Autres écrits : Leçons de Guy Patin au Collège de France (1) : sur le Laudanum et l’opium
Note [27]

V. note [6], lettre 72, pour les sept livres des Observationes medicæ rariores [Observations médicales plus que rares] de Johann Schenck von Graffenberg (Francfort, 1600 ; Lyon, 1644, par les soins de Charles Spon ; Francfort, 1665). Voici un exemple de ce qu’on y lit sur ce dont parlait Guy Patin (livre i, Mortui phrenetici [Frénétiques qui sont morts], observation i, page 64, édition de 1665) :

Intempestivo refrigerantium medicamentorum usu nonnullis phreneticis veternum, lethargum, et tandem mors conciliata.

Vigiliis valde infestantibus licebit chamæmelino miscere decoctum capitum papaveris, et tepidis fovere caput. Quæ enim frigida admoventur humorem et vaporem compingunt, et quæ valide stuporem inducunt, uti mandragora, cicuta et opium, in contrarium deducunt affectum, et immedicabilem efficiunt passionem. Vidimus enim quosdam, quos Medici immodica refrigeratione perduxerunt in veternum, lethagicos periisse.

[Somnolence, léthargie et finalement mort, provoquées par l’emploi immodéré des médicaments réfrigérants chez quelques frénétiques. {a}

Dans les insomnies tout à fait rebelles, on se permettra de mêler une décoction de têtes de pavots à de la camomille, pour en faire une fomentation tiède à appliquer sur la tête du malade. On écartera {b} en effet les remèdes froids qui rassemblent l’humeur et la vapeur, et aussi ceux qui, comme la mandragore, la ciguë et l’opium, induisent puissamment le sommeil, car ils mènent à l’affection opposée et engendrent une perturbation irrémédiable. De fait, nous avons vu périr certains malades de léthargie, après que, par un rafraîchissement excessif, les médecins les eurent plongés dans la somnolence].


  1. V. note [34], lettre 216, pour l’ancienne définition médicale de la frénésie.

  2. J’ai interprété admoventur [on emploiera] comme une coquille, à remplacer par son contraire, amoventur [on écartera].

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – Autres écrits : Leçons de Guy Patin au Collège de France (1) : sur le Laudanum et l’opium. Note 27

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=8129&cln=27

(Consulté le 19.09.2019)

Licence Creative Commons