Autres écrits : Ana de Guy Patin :
L’Esprit de Guy Patin (1709),
Faux Patiniana II-2
Note [27]

Cet article n’est pas tiré des lettres ou de la conversation de Guy Patin, mais adapte très fidèlement un passage du livre ii, chapitre i (pages 103‑104) {a} du :

Traité des Superstitions selon l’Écriture Sainte, les décrets des conciles et les sentiments des saints Pères et des théologiens. Par M. Jean-Baptiste Thiers, {b} bachelier en théologie, et curé de Vibraye. Seconde édition revue, corrigée et augmentée., {c} Tome premier. {d}


  1. Chapitre intitulé : Du Culte indu, pernicieux ou faux. En quoi consiste ce culte ? Qu’il est superstitieux. Que ceux qui proposent de faux miracles, de fausses révélations, de fausses reliques, de fausses images, de faux saints et de fausses indulgences tombent dans cette superstition. Grandes précautions de l’Église au sujet des miracles, des révélations, des reliques, des images et des saints. Belle et judicieuse réflexion de M. Godeau, évêque de Vence sur le faux culte.

  2. Jean-Baptiste Thiers (Chartres 1636-Vibraye 1703), autrement nommé le Sieur de Saint-Sauveur, prêtre et théologien, a été successivement curé de Champrond-en-Gâtine, en 1664, puis de Vibraye, dans le Perche (Sarthe), en 1691.

  3. Pemière édition à Paris, 1679.

  4. Paris, Antoine Dezallier, 1697, in‑8o de 532 pages (édition utilisée par les rédacteurs de L’Esprit de Guy Patin) ; ce livre a connu un très grand succès jusqu’à la Révolution, sa dernière réédition a paru en 1984.

Le Patiniana I‑3 a aussi relevé et commenté les propos de Melchior Canus (Melchor Cano) dans ses douze livres de Locis theologicis [sur les Lieux théologiques] (Louvain, 1564) ; v. ses notes :

  • [21] pour la Legenda aurea [Légende dorée], compilation hagiographie écrite par Jacques de Voragine au xiiie s., et pour le Speculum exemplorum [Miroir des exemples (ou plutôt des cas exemplaires)], autre compilation, mais anonyme, d’écrits médiévaux sur les miracles chrétiens, ainsi que pour la citation latine de Cano (ici précédée de sa traduction française, transcrite « entre guillemets français ») ;

  • et [23], pour les arguments que de tels écrits fournissent aux protestants quand ils veulent dénigrer la crédulité des catholiques, mais Thiers vise d’autres beaux esprits de son temps (ibid. pages 104‑105),

    « Cet abus est venu jusqu’à un tel excès que certaines gens, pour donner plus de cours et plus de couleur à leurs opinions particulières, et quelquefois même à leurs passions et à leurs intérêts, n’ont point fait de difficulté de proposer des révélations directement opposées à celles qu’on leur alléguait pour appuyer le contraire de ce qu’ils soutenaient ; ce qui donne lieu aux libertins de se moquer et aux gens de bien, un grand sujet de gémir. »

Je n’ai pas cherché à identifier « le sieur V.R. » : ce n’est qu’un pseudonyme de circonstance que le Faux Patiniana a inventé pour enrober son plagiat en lui donnant un semblant de vraisemblance.

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – Autres écrits : Ana de Guy Patin :
L’Esprit de Guy Patin (1709),
Faux Patiniana II-2. Note 27

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=8215&cln=27

(Consulté le 27.06.2022)

Licence Creative Commons