À Charles Spon, le 25 octobre 1652
Note [28]

On préparait Paris à recevoir la cour (Journal de la Fronde, volume ii, fo 164 ro et vo, octobre 1652) :

« Mademoiselle {a} reçut le 18 une lettre du roi qui lui mandait de déloger de l’appartement qu’elle avait dans le pavillon des Tuileries, n’y ayant point d’autre logement propre pour le petit Monsieur {b} dans le Louvre ; à quoi elle fit réponse, de sa main, qu’elle était prête d’obéir ; et le 20, elle sortit et fut loger chez Mme la comtesse de Fiesque la jeune. On lui avait offert l’hôtel des ambassadeurs extraordinaires, proche le palais d’Orléans, en remboursant au duc de Damville 25 mille écus qu’il lui a coûté, ou même d’y loger en attendant qu’elle eût trouvé un meilleur logement ; mais elle n’a point voulu prendre un logis qui eût servi à des particuliers. Elle a envoyé un courrier à M. le Prince, pour le prier de lui prêter l’hôtel de Condé, en attendant qu’elle en ait un autre. Le roi et la reine d’Angleterre sont allés loger au Palais-Royal. » {c}


  1. Anne-Marie-Louise de Montpensier, fille aînée du duc d’Orléans, qui avait affiché un soutien sans faille au parti des princes.

  2. Philippe d’Anjou, frère cadet du roi.

  3. V. note [6], lettre 292, pour le voyage des souverains anglais.

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Charles Spon, le 25 octobre 1652. Note 28

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0294&cln=28

(Consulté le 09.05.2021)

Licence Creative Commons