De Jan van Beverwijk, le 30 juillet 1640
Note [29]

La seule observation approchante que j’aie trouvée dans Hippocrate n’est pas dans ses Coaques, mais dans ses Épidémies (livre iii, Quatorzième maladie, Littré Hip, volume 3, pages 141‑143) :

« À Cyzique, {a} une femme ayant mis au monde deux filles jumelles après un accouchement laborieux, et les purgations n’ayant pas été complètes, fut prise d’abord d’une fièvre tremblante et vive ; pesanteur avec douleur, dans la tête et le cou. Dès le début, elle eut de l’insomnie ; en même temps, elle était taciturne, renfrognée, et n’obéissait à aucune recommandation, urine ténue et incolore ; soif, nausées la plupart du temps ; le ventre était irrégulier, il se relâchait, puis derechef se resserrait. Le sixième jour, dans la nuit, elle eut beaucoup de délire ; elle ne dormit nullement. Vers le onzième jour, elle eut un transport, puis revint à elle ; urine noire, ténue et, par intervalles, huileuse ; les évacuations alvines étaient abondantes, ténues et troublées. Quatorzième jour, convulsions fréquentes ; extrémités froides ; nul retour de raison, l’urine se supprima. Seizième jour, perte de la voix. Dix-septième jour, mort. Phrénitis. {b} (Interprétation des caractères : Il est vraisemblable que la mort fut causée, au dix-septième jour, par le transport au cerveau, suite de l’accouchement). » {c}


  1. Cité grecque antique de Mysie, sur la rive turque de la mer de Marmara.

  2. V. note [29] d’Une thèse de Guy Patin : « L’homme n’est que maladie » (1643), pour la phrénitis ou frénésie.

  3. Cette observation n’a pas de rapport clair avec une lithiase urinaire. Le contexte d’accouchement peut faire aujourd’hui évoquer une méningo-encéphalite ou une éclampsie (v. notule a‑i, note [7], lettre latine 452), avec défaillance généralisée des viscères et anurie secondaire.

Charles Nisard (note 49, page 22) est venu à mon secours pour la vraie référence hippocratique qui m’avait échappé [et que j’ai complétée] :

« “ La vessie interceptée, surtout avec céphalalgie, a quelque chose de spasmodique[ ; dans ce cas, la stupeur avec résolution est difficile, mais non mortelle ; est-ce que les malades ont un peu de délire ?] ” Coaques, t. v, p. 719, § 577, de la traduction de Littré. »

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – De Jan van Beverwijk, le 30 juillet 1640. Note 29

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=9061&cln=29

(Consulté le 15.05.2021)

Licence Creative Commons