À Hugues de Salins, le 9 mars 1657
Note [3]

« provient d’un esprit flatulent enfermé dans les artères et dans les espaces vides des muscles et des membranes ; la cause d’un si important symptôme est double, intempérie très chaude et afflux de liquide séreux. » Guy Patin n’avait pas admis la circulation d’Harvey et continuait à croire les artères vides de sang, mais emplies d’un « esprit aérien » (d’où vient d’ailleurs le mot artère).

V. note [4], lettre de Hugues de Salins, datée du 3 mars 1657, pour la goutte crampe.

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Hugues de Salins, le 9 mars 1657. Note 3

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0468&cln=3

(Consulté le 15.05.2021)

Licence Creative Commons