À André Falconet, le 29 juillet 1661
Note [3]

« les empiriques sont fort polypharmaques et prescrivent beaucoup trop, parce que dans toute cette multitude de médicaments ils ignorent celui seul qui est le nécessaire » ; v. note [22], lettre 601, pour l’attribution douteuse de ce précepte à Galien.

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À André Falconet, le 29 juillet 1661. Note 3

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0710&cln=3

(Consulté le 16.10.2019)

Licence Creative Commons