À André Falconet, le 20 novembre 1665
Note [3]

V. notes [5], lettre 740, pour les frères Lambert, neveux de Charles Guillemeau, et [10], lettre 846, pour la veuve Girardin.

Guillaume Languet, affairiste très actif (v. note [36], lettre 399), se trouva tout à fait ruiné par la condamnation de la Chambre de justice. Pourtant, jusqu’à sa mort (1666), il essaya de remonter la pente en entrant en sous-part dans le pharamineux traité pour la perception des taxes de cette même Chambre de justice, alors que lui-même se trouvait au nombre des condamnés (Dessert a, no 289).

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À André Falconet, le 20 novembre 1665. Note 3

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0847&cln=3

(Consulté le 16.06.2021)

Licence Creative Commons