À Johann Georg Volckamer, le 12 novembre 1665
Note [3]

Les livres sortaient de l’imprimerie « en blanc », c’est-à-dire non reliés. Rouler les cahiers de feuilles sur eux-mêmes et les placer dans un tonneau procurait une manière sûre de les transporter, en les tenant à l’abri de l’humidité et des déchirures.

Il s’agissait des ouvrages envoyés d’Allemagne à Guy Patin par les soins de Sebastian Scheffer, venant d’Heinrich Meibomius d’Helmstedt et du libraire Johann Beyer de Francfort (v. note [1], lettre latine 355). Le tonneau traînait en chemin depuis avril 1665, mais Charles Spon en avait donné d’encourageantes nouvelles à Patin.

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Johann Georg Volckamer, le 12 novembre 1665. Note 3

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=1412&cln=3

(Consulté le 13.05.2021)

Licence Creative Commons