De Charles Spon, le 15 mai 1657
Note [3]

Dans les premiers mois de 1657 avait été mis en vente un volume in‑4o qui était un recueil des tirages séparés des 17 lettres Provinciales de Blaise Pascal, (v. note [23], lettre 446), la 18e n’ayant pas encore paru. Il était précédé d’une page de titre et d’un avertissement rédigé par Pierre Nicole en février ou mars 1657 (v. note [23], lettre 478) et suivi d’un Rondeau aux RR. PP. jésuites sur leur morale accommodante, attribué à Isaac Lemaître de Sacy :

« Retirez-vous, péchés ; l’adresse sans seconde
De la troupe fameuse en Escobars féconde
Nous laisse vos douceurs sans leur mortel venin :
On les goûte sans crime, et ce nouveau chemin
Mène sans peine au ciel dans une paix profonde.
L’enfer y perd ses droits, et si le diable en gronde,
On n’aura qu’à lui dire : Allez, esprit immonde,
De par Bauny, Sanchez, Castro, Gans, Tambourin,
Retirez-vous. Mais, ô pères flatteurs, sot qui sur vous se fonde,
Car l’auteur inconnu, qui par lettres vous fronde,
De votre politique a découvert le fin,
Vos probabilités sont proches de leur fin,
On en est revenu ; cherchez un Nouveau Monde,
Retirez-vous. »

C’était l’« édition » qu’expédiait alors Guy Patin à ses amis de Lyon. La première véritable édition, dont Charles Spon évoquait ici le projet, parut en juin ou juillet 1657 : Provinciales, ou les lettres écrites par Louis de Montalte à un provincial de ses amis, et aux RR. PP. jésuites sur le sujet de la morale et de la politique de ces pères (Cologne [Amsterdam], Pierre de La Vallée [c’est-à-dire Jean et Daniel Elsevier], 1657, in‑12o) (Le Guern).

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – De Charles Spon, le 15 mai 1657. Note 3

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=9020&cln=3

(Consulté le 28.03.2020)

Licence Creative Commons