À Charles Spon, le 16 août 1650
Note [30]

L’édition Bulderen (reproduite par Reveillé-Parise, qui a profondément altéré ce passage) a fait ici raconter à Guy Patin l’anecdote qu’on trouve dans son Avis au lecteur :

« Aussi me souviens-je qu’en sortant du Palais ce jour-là, {a} je l’abordai en lui disant : M. Renaudot, vous pouvez vous consoler car vous avez gagné en perdant ; Comment donc ? me répondit-il ; C’est, lui dis-je, que vous étiez camus, lorsque vous êtes entré ici, et que vous en sortez avec un pied de nez. » {b}


  1. V. note [3], lettre 90, pour la mémorable plaidoirie de Guy Patin contre Théophraste Renaudot, le 14 août 1642.

  2. « On dit qu’un homme a eu un pied de nez, quand il a été trompé dans ses espérances […], qu’il n’a pu venir à bout de quelque chose, qu’il a donné lieu à la raillerie » (Furetière). Plus géométriquement, il faut aussi voir dans pied le « pied du roi […] mesure contenant douze pouces, ou 144 lignes » (ibid.).

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Charles Spon, le 16 août 1650. Note 30

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0240&cln=30

(Consulté le 21.01.2021)

Licence Creative Commons