À Charles Spon, le 8 mars 1644
Note [31]

Les médicaments cordiaux (fortifiants) se présentaient sous diverses formes : eau, limonade, ou julep (sirop), poudre, tablette, apozème, bézoard, etc.

« Les quatre eaux cordiales sont celles de bourrache, de buglose [v. note [2] de l’observation ix pour ces deux plantes potagères], d’endive [chicorée des jardins], et de chicorée [pissenlit]. Quelques-uns ajoutent celles de chardon bénit [v. note [7], lettre 99], de scorsonère, de morsus diaboli [morsure du diable, surnom du succisa], de scabieuse, d’oseille et d’alleluia [trèfle aigre, v. note [3], lettre latine 22] » (Furetière).

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Charles Spon, le 8 mars 1644. Note 31

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0101&cln=31

(Consulté le 30.11.2020)

Licence Creative Commons