À Charles Spon, les 19 et 22 octobre 1649, note 32.
Note [32]

« Le diamargariton simple est un électuaire solide que l’on compose de perles [margariteis en grec, margaritæ en latin] fines broyées très subtilement [v. note [31], lettre 183] sur le porphyre. Il y entre aussi du sucre blanc dissous dans de l’eau rose [v. note [29], lettre 242] ou de buglose [v. note [2] de l’observation ix], et cuit en consistance de sucre rosat. Il remédie aux fièvres ardentes et surtout aux maladies qui sont accompagnées de flux de ventre » (Thomas Corneille).

Imprimer cette note
Citer cette note
x
Correspondance complète de Guy Patin et autres écrits, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Charles Spon, les 19 et 22 octobre 1649, note 32.

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0203&cln=32

(Consulté le 21/04/2024)

Licence Creative Commons