À Charles Spon, le 26 mars 1655
Note [36]

Pharmacopœia Medico-Chymica, sive Thesaurus Pharmacologicus, quo composita quæque celebriora ; hinc Mineralia, Vegetabilia et Animalia Chymico-Medice decribuntur, atque insuper Prinicipia Physicæ Hermetico Hippocraticæ candide exhibentur. Opus non minus utile Physicis, quam Medicis : Editio Quarta, plurimis in locis auctum ac mendatum. Authore Johanne Schrödero, M.D. Reip. Mœno-Francof. Phys. Ordinario.

[Pharmacopée médico-chimique, ou le Trésor pharmacologique, où sont décrits médico-chimiquement tous les médicaments composés les plus connus, tant d’origine minérale, que végétale et animale, et sont en outre simplement exposés les principes de la physique hermético-hippocratique. Ouvrage qui n’est pas moins utile aux naturalistes qu’aux médecins. Quatrième édition corrigée et augmentée en maints endroits. Par Johannes Schröderus, {a} docteur en médecine, physicien ordinaire de république de Francfort-sur-le-Main]. {b}


  1. Johann Schröder (Schroeder, Schröderus, 1600-1664) avait étudié la médecine en Allemagne, au Danemark, en France et en Italie. Devenu docteur, il avait rempli quelque temps la place de médecin dans les armées suédoises avant de s’installer à Francfort où il exerça jusqu’à sa mort.

  2. Ulm, Johannes Gerlinus, 1655, in‑4o de 348 pages ; première édition ibid. 1651, nombreuses rééditions ultérieures ; traduction française sous le titre de Pharmacopée raisonnée de Schroder, commenté par Michel Ettmuller (Lyon, Thomas Amaulry, 1698, 2 tomes in‑8o.

Schröder avait aussi publié :

Quercetanus redivivus, hoc est, Ars medica Dogmatico-Hermetica, ex Scriptis Iosephi Quercetani, Chymiatri celeberrimi, Consilarii ac Medici olim Regii, Tomis tribus digesta : quarum i. Ars Medica Medicatrix. ii. Ars Medica Auxiliatrix. iii. Ars Medica Practica…

[Quercetanus ressuscité, qui est l’art médical dogmatico-hermétique, tiré des écrits de Josephus Quercetanus, très célèbre chimiatre, qui fut jadis conseiller-médecin du roi, {a} répartie en trois tomes : i. Art médical qui guérit. ii. Art médical qui aide. iii. Art médical pratique…] {b}


  1. Joseph Duchesne, sieur de La Violette, v. note [11], lettre 211)

  2. Francfort, Joannes Beyerus, 1648, in‑4o de 223 pages pour le premier des trois tomes.

V. notes [16], lettre 15 et [37], lettre 104, pour la Pharmacie de Jean de Renou (Renodæus).

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Charles Spon, le 26 mars 1655. Note 36

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0395&cln=36

(Consulté le 01.02.2023)

Licence Creative Commons