À Charles Spon, le 20 mars 1654, note 4.
Note [4]

V. note [10], lettre 53, pour cette façon que Joseph Scaliger avait de brocarder les cardinaux. Marie Manicini (v. note [21], lettre 342) était la nièce mazarine dont la beauté singulière intriguait la cour.

V. note [50] de la thèse sur la Sobriété (1647) pour l’explication de Jupiter miniatus, « Jupiter cramoisi ». Sans accès au manuscrit, il est impossible de dire si cette traduction est de Guy Patin ou des éditeurs de sa lettre.

Imprimer cette note
Citer cette note
x
Correspondance complète de Guy Patin et autres écrits, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Charles Spon, le 20 mars 1654, note 4.

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0344&cln=4

(Consulté le 23/06/2024)

Licence Creative Commons