À Charles Spon, le 17 mars 1664
Note [4]

« il a atteint l’extrémité fatale et il est entré dans sa maison d’éternité » : quoniam ibit homo in domum æternitatis suæ et circumibunt in platea plangentes [tandis que l’homme s’en va vers sa maison d’éternité et les pleureurs tournent déjà dans la rue] (L’Ecclésiaste, 12:5).

Cette citation se lit dans le dernier paragraphe de la première lettre de l’Hérésie imaginaire, que Guy Patin devait venir de lire, à propos de la querelle des cinq propositions attribuées à Jansenius :

« Mais ce qui paraît certain, c’est qu’au moins dans quelque temps elles {a} changeront de face. Cette génération passera, les uns et les autres de ceux qui contestent maintenant iront à leur maison éternelle, in domum æternitatis suæ. Il viendra d’autres hommes qui n’auront point de part à nos passions. Et alors on se peut tenir assuré que toute cette dispute ne passera que pour une comédie, et pour un vain amusement ; que l’on concevra une juste indignation contre les auteurs de tous ces troubles si frivoles dans leur cause, et si pernicieux dans leur suite ; et que l’on aura quelque compassion pour un assez grand nombre d’honnêtes gens que l’on aurait honorés en un autre siècle, et que l’on a traités en celui-ci avec tant de dureté. »


  1. Les choses dont on dispute aujourd’hui.

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Charles Spon, le 17 mars 1664. Note 4

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0773&cln=4

(Consulté le 27.11.2020)

Licence Creative Commons