Autres écrits : Consultations et mémorandums (ms BIU Santé  2007) : 12, note 4.
Note [4]

Idiopathique (v. notes [2], lettre 509, et [6] infra) qualifie ici une affection devenue autonome du cerveau, évoluant pour son propre compte, après avoir été amorcée par un phénomène de sympathie émanant des viscères de l’hypocondre gauche (principalement la rate, réservoir de l’atrabile, v. note [5], lettre 61) ; c’est-à-dire la transformation de la mélancolie « hypocondriaque » en mélancolie « primitive », bien plus fâcheuse, telle qu’expliquée par Jean Fernel (v. supra note [1]), qui a directement inspiré le raisonnement de Guy Patin.

Imprimer cette note
Citer cette note
x
Correspondance complète de Guy Patin et autres écrits, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – Autres écrits : Consultations et mémorandums (ms BIU Santé  2007) : 12, note 4.

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=8142&cln=4

(Consulté le 05/12/2023)

Licence Creative Commons