À Charles Spon, le 29 avril 1644
Note [41]

Jacques ou James Primerose (Bordeaux ou Saint-Jean-d’Angély 1598-Kingston upon Hull, Yorkshire 1659), fils de Gilbert, réformé écossais établi en France (v. note [9], lettre 490), avait dû à la libéralité de Jacques ier de s’initier à la médecine à Paris. Bachelier puis licencié en médecine de l’Université de Montpellier en 1616, il s’y était fait recevoir docteur l’année suivante. Il s’était aussitôt rendu en Angleterre pour se faire agréger au Collège d’Oxford et s’établir dans le comté d’York. Dans ses écrits, presque tous polémiques et dirigés contre William Harvey et Vopiscus Fortunatus Plempius, il s’est opiniâtrement refusé, en bon disciple de Jean ii Riolan, à admettre la circulation du sang et l’existence des vaisseaux chylifères (J. in Panckoucke).

Guy Patin citait ici ses De vulgi Erroribus in medicina libri iv : i. De Erroribus circa medicos ; ii. De Erroribus circa morbos quosdam, et eorum cognitionem ; iii. De Erroribus circa victus rationem sanorum et ægrorum ; iv. De Erroribus circa remediorum usum [Quatre livres sur les Erreurs du peuple en médecine : i. Erreurs sur les médecins ; ii. Erreurs sur certaines maladies et sur leur reconnaissance ; iii. Erreurs sur le régime des gens sains et des gens malades ; iv. Erreurs sur l’emploi des médicaments] (Amsterdam, Jan Jansson, 1639, in‑16o, pour la première de nombreuses éditions) ; traduit en français sous le titre de Traité de Primerose sur les erreurs vulgaires de la médecine, avec des additions très curieuses, par M. de Rostagny (Lyon, J. Certe, 1689, in‑8o).

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Charles Spon, le 29 avril 1644. Note 41

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0104&cln=41

(Consulté le 23.11.2020)

Licence Creative Commons