À Charles Spon, le 17 juillet 1657
Note [41]

Juvénal (Satire i, vers 3‑6) :

Inpune ergo mihi recitauerit ille togatas,
hic elegos ? inpune diem consumpserit ingens
Telephus aut summi plena iam margine libri
scriptus et in tergo necdum finitus Orestes ?

[Est-ce donc impunément que l’un m’aura récité ses togatæ, {a} l’autre ses élégies ? Impunément qu’auront gâché ma journée l’énorme Telephus {b} ou un Oreste qui remplit jusqu’en haut les marges du volume, sans compter le verso, et qui n’est pas encore fini ?]


  1. « Comédies de technique grecque, mais de sujets latins. À l’époque de Juvénal, elles n’étaient plus destinées qu’aux lectures publiques » (note de Pierre de Labriolle et François Villeneuve dans leur édition de 1921). La togata fabula était une comédie à sujet romain, opposée à la palliata, dont le sujet était grec (Gaffiot).

  2. Les traductions que j’ai consultées ont omis Telephus ou en ont fait le titre d’une hypothétique tragédie ; mais il pourrait s’agir du grammairien et historien de Pergame, contemporain de l’empereur Hadrien et de Juvénal, dont parle la notule {e}, note [90] du Traité de la Conservation de santé, chapitre ii.

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Charles Spon, le 17 juillet 1657. Note 41

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0487&cln=41

(Consulté le 08.05.2021)

Licence Creative Commons