Autres écrits : Ana de Guy Patin :
L’Esprit de Guy Patin (1709),
Faux Patiniana II-7, note 44.
Note [44]

Jacques d’Euse, Duèze, Dossa ou d’Ossa (Cahors 1244-Avignon 1334), docteur en droit civil et canonique, fut successivement évêque de Fréjus (1300), archevêque d’Avignon (1310), puis cardinal en 1313 avec le titre d’évêque de Port (v. notule {d}, note [10] supra). Enfin, sous le nom de Jean xxii, il a occupé le siège pontifical d’Avignon de 1316 à 1334. Il y fit construire le toujours célèbre Palais des papes, où les pontifes légitimes résidèrent dès lors, jusqu’en 1376 (puis de deux antipapes jusqu’en 1423, v. note [10], lettre 601).

Le latin que d’Ossa aurait employé le 7 août 1316, en s’attribuant lui-même la tiare, Ego sum Papa [C’est moi qui suis le pape], est une parodie de la formule consacrée, Habemus Papam [Nous avons un pape] ; mais il s’agit d’une broderie facétieuse que la propagande antipapiste a utilisée dans les années 1520 pour diaboliser le pape Alexandre vi (fondateur de la dynastie Borgia, élu en 1492, v. note [19], lettre 113).

Plusieurs personnages et lieux font ici leur première apparition dans notre édition. Leur liste éclaircit l’abrégé touffu donné par L’Esprit de Guy Patin.

  • Bertrand de Got, archevêque de Bordeaux natif de Guyenne (1264-20 avril 1314), élu pape en 1305 sous le nom de Clément v, fut le premier des sept pontifes qui ont siégé dans le Comtat-Venaissin. Après sa mort, le Siège pontifical demeura vacant pendant 27 mois, en raison des querelles politiques et dogmatiques de l’Église qui préfiguraient le grand schisme d’Occident (1378-1417, v. note [67] du Faux Patiniana II‑5).

  • Carpentras était un évêché du Comtat-Venaissin, supprimé en 1801.

  • Philippe v le Long, roi de France de 1316 à 1322, avait succédé à son frère Louis x le Hutin, qui avait régné de 1314 à 1316.

  • Cahors, capitale du Quercy (Lot), était et demeure le siège d’un évêché. Le futur pape Jean xxii y était né, « fils d’Arnaud d’Ossa, pauvre cordonnier », prétend le Moréri, repris par le Faux Patiniana II‑6 (v. la dernière notule {a} de sa note [43]) ; mais The cardinals of the holy Roman Church disent que son père était un riche bourgeois, seigneur de Saint-Félix en Quercy.

  • Peire de Ferrières, archevêque d’Arles de 1303 à sa mort, en 1307, était chancelier de Charles ii d’Anjou, comte de Provence et roi de Naples en 1285, mort en 1309, dont la couronne échut à son fils Robert ier, dit le Sage (mort en 1343) ; selon le Moréri, ce fut lui qui confia les sceaux et la chancellerie de son royaume à Jacques d’Ossa, puis le fit nommer cardinal par le pape Clément v.

  • Le duc Louis iii de Bavière a été élu roi des Romains en 1314, puis a régné sur l’Empire germanique, sous le nom de Louis iv, de 1328 à sa mort (1347).

  • En 1328, le franciscain Pietro Rainalducci (Pierre de Corbière, ici Pierre Ramuche de Corberia, mort à Avignon en 1333) a été nommé antipape par Louis iv, en conflit avec Jean xxii.

Imprimer cette note
Citer cette note
x
Correspondance complète de Guy Patin et autres écrits, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – Autres écrits : Ana de Guy Patin :
L’Esprit de Guy Patin (1709),
Faux Patiniana II-7, note 44.

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=8220&cln=44

(Consulté le 24/02/2024)

Licence Creative Commons