À Charles Spon, le 27 juin 1654
Note [5]

« le propre de l’homme de bien est de subir la persécution en raison d’une juste cause ». Calvin, Institution de la religion chrétienne, a pu ici inspirer Guy Patin :

Persequutionem pati pro iustitia dico, non tantum qui pro Evangelii defensione, sed qui pro quolibet iustitiæ patrocinio laborant.

« J’appelle persécution pour justice, non seulement quand nous souffrons pour défendre l’Évangile, mais aussi pour maintenir toute cause équitable. » {a}


    V. note [3], lettre 475, livre iii, chapitre viii, § 7, De souffrir patiemment la croix, qui est une partie de renoncer à nous-mêmes, Genève, 1562, page 431.

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Charles Spon, le 27 juin 1654. Note 5

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0357&cln=5

(Consulté le 04.12.2022)

Licence Creative Commons