À Charles Spon, le 2 août 1652
Note [50]

« Voici l’Agneau de Dieu, voici celui qui enlève les péchés du monde » : paroles de l’Agnus Dei, tirées de l’Évangile de Jean (1:29).

Jules de Médicis (Florence 1478-Rome 1534) était bâtard posthume légitimé de Julien, frère cadet de Laurent de Médicis, dit le Magnifique, grand-duc de Toscane de 1469 à 1492. Oncle de la reine de France Catherine de Médicis, cardinal en 1513, Jules fut élu pape en 1523 sous le nom de Clément vii ; l’acte le plus mémorable de son pontificat fut son objection au divorce du roi Henri viii d’Angleterre qui provoqua le schisme anglican.

V. notes  [39] du Traité de la Conservation de santé, chapitre ii, et [28] du Patiniana I‑2 pour les commentaires de ce passage.

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Charles Spon, le 2 août 1652. Note 50

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0292&cln=50

(Consulté le 07.07.2022)

Licence Creative Commons