Autres écrits : Une thèse cardinale de Guy Patin :
« La Sobriété » (1647), note 52.
Note [52]

V. notes :

  • [2], lettre 293, pour Et cum fata volunt, bina venena iuvant [Et si le sort s’en mêle, deux poisons pris ensemble deviennent secourables] (Ausone) ;

  • [7], lettre 122, pour le vin émétique d’antimoine ;

  • [52], lettre 292, pour o mores ! o tempora ! [quelles mœurs, quelle époque !] (Cicéron, Catilinaires).

Imprimer cette note
Citer cette note
x
Correspondance complète de Guy Patin et autres écrits, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – Autres écrits : Une thèse cardinale de Guy Patin :
« La Sobriété » (1647), note 52.

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=8223&cln=52

(Consulté le 21/06/2024)

Licence Creative Commons