À Charles Spon, le 16 novembre 1643
Note [54]

Martin Anton Delrio (Anvers 1551-Louvain 1608) étudia la philosophie à Paris, le droit à Douai et à Louvain. Il fut pendant dix ans sénateur au Conseil du Brabant et vice-chancelier ; puis dégoûté des affaires, il retourna en Espagne, où il avait déjà été se faire recevoir docteur en 1574, et entra dans l’Ordre des jésuites en 1580. Depuis lors il professa successivement la philosophie, la théologie et l’Écriture Sainte à Salamanque, à Douai, à Liège, où il prononça ses vœux, puis en Styrie, une fois encore à Salamanque, et enfin à Louvain (G.D.U. xixe s.).

Guy Patin citait ici ses Disquisitionum magicarum libri sex in tres tomos partiti [Six livres de recherches magiques, répartis en trois tomes] (Lyon, 1604, in‑4o) ; traduit en français par André Du Chesne sous le titre de Controverses et recherches magiques de Martin Delrio… divisées en six livres, auxquels sont exactement et doctement confutées [réfutées] les sciences curieuses, les vanités et superstitions de toute la magie, avec la manière de procéder en justice contre les magiciens et sorciers, accommodée à l’instruction des confesseurs (Paris, 1616, in‑8o).

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Charles Spon, le 16 novembre 1643. Note 54

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0097&cln=54

(Consulté le 14.07.2020)

Licence Creative Commons