Annexe : Deux lettres de Guy Patin à ses fils
Note [54]

« car il n’y a aucune proportion entre le fini et l’infini » ; Thomas d’Aquin (La Vérité, question 2, article 3, argument 4) :

Sed essentia divina non est proportionata ipsi creaturæ, cum in infinitum ipsam excedat ; infiniti autem ad finitum nulla sit proportio.

[Or l’essence divine n’est pas proportionnée à la créature elle-même puisqu’elle la dépasse à l’infini, et qu’il n’y a aucune proportion entre l’infini et le fini].

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – Annexe : Deux lettres de Guy Patin à ses fils. Note 54

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=8003&cln=54

(Consulté le 22.09.2019)

Licence Creative Commons