Autres écrits : Ana de Guy Patin :
Borboniana 1 manuscrit
Note [54]

En langue gasconne (variété de l’occitan), « oie » se dit auca, sans lien avec le latin (anser) ou le grec (khên), mais proche de l’espagnol (oca). Leucate {a} voudrait dire « l’oie ». Dans la même ligne, la légendaire reine Pédauque {b} était ainsi nommée à cause de ses « pieds d’oie », comme a dit Rabelais dans son Quart Livre (chapitre xli) en décrivant un monstre volant qui avait :

« les pieds blancs, diaphanes et transparents, comme un diamant ; et étaient largement pattés, comme sont des oies, et comme jadis à Toulouse les portait la reine Pédauque. » {c}


  1. L’étymologie rattache ordinairement le nom de Leucate (v. note [9], lettre 51) au grec leukos, « blanc », couleur de son promontoire et de ses plages vues depuis la mer.

  2. Légendaire souveraine du royaume wisigoth (dont Toulouse était la capitale), au ve s.

  3. Gilles Ménage a cité ce passage de Rabelais dans ses Origines de la langue française, avec ce commentaire :

    « La statue de cette reine, avec ses pieds d’oie, se trouve à Dijon, dans le vestibule de l’église de Saint-Bénigne, et à Nevers, dans celui de l’église cathédrale. Cette reine fut ainsi appelée sans doute, parce qu’elle avait les pieds larges comme ont les oies. Il y a un pont à Toulouse appelé le pont de la Reine Pédauque. M. Catel, dans ses Mémoires de Languedoc, page 128, dit que ce pont a été ainsi appelé par le peuple parce qu’il était si étroit qu’un homme, ou autre animal, n’y pouvait si commodément passer que faisait une oie : ce qui est dit sans aucune apparence de vérité. »

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – Autres écrits : Ana de Guy Patin :
Borboniana 1 manuscrit. Note 54

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=8202&cln=54

(Consulté le 15.08.2022)

Licence Creative Commons