L. 51.  >
À Claude II Belin,
le 6 octobre 1640

Codes couleur
Citer cette lettre
Imprimer cette lettre
Imprimer cette lettre avec ses notes

 

Monsieur, [a][1]

Je vous remercie de toute mon affection, et M. Allen aussi, de ce que vous m’avez envoyé des mémoires pour l’éloge de M. François Pithou. [2] J’en ferai mon profit en temps et lieu, [3] et verrai M. le conseiller Pithou [4] quand je pourrai trouver quelqu’un de mes amis qui aura du crédit vers lui. [1] Je connais bien un feuillant nommé dom Jean de Saint-Paul [5][6] (ille est Ioannes Vassanus, in epistolis Ios. Scaliger), [7] qui est son cousin. [2] Je lui en parlerai la première fois que je le verrai, il est fort mon ami. Celui-là est un bon savant moine, qui secularibus negotiis sese non immiscet[3] Il me semble que la Chambre des enquêtes où j’ai le plus de crédit est la seconde. Si votre procès va ailleurs, nous l’y suivrons et adiutores quæremus[4] Le roi [8] et M. le Cardinal [9] sont à Saint-Germain [10] et à Rueil. [11] La reine [12] est en couches de M. le duc d’Anjou. [5][13][14][15][16] Turin [17] est prise. [6] Tout cela vous est fort connu, mais il me semble qu’il n’y a ici rien de particulier que je vous puisse mander. M. Riolan [18][19][20][21] l’anatomiste a quitté la reine mère [22] à Londres et est ici venu se faire tirer une grosse pierre de la vessie. [7][23] L’opération en fut faite hier au matin, cum dubia salute, propter quædam symptomata quæ supervenerunt[8] On dit que la reine mère est si lasse et si malcontente en Angleterre qu’elle délibère d’en sortir et de s’en aller à La Haye [24] en Hollande. Les Catalans sont de nouveau révoltés contre le roi d’Espagne [25] et ont envoyé demander au roi sa protection, qui leur a député, pour traiter avec eux, M. d’Espenan, [26] gouverneur de Leucate. [9][27] On tue, vole et massacre ici partout jour et nuit, si impunément que c’est pitié. [10] Nous attendons ici beaucoup de livres de Hollande, de M. de Saumaise [28] et autres. [11] Je vous baise très humblement les mains, à mademoiselle votre femme et à Messieurs vos frères, pour demeurer toute ma vie, Monsieur, votre très humble et très obéissant serviteur.

Patin.

De Paris, ce 6e d’octobre 1640.


Écrire à l'éditeur
Licence Creative Commons "Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron" est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.
Une réalisation
de la BIU Santé
×
     [1] [2]   Appel de note
    [a] [b]   Sources de la lettre
    [1] [2]   Entrée d'index
    Gouverneur   Entrée de glossaire

× Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Claude II Belin, le 6 octobre 1640

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0051

(Consulté le 12.12.2019)